L'Amour de la Plomberie








Ils sont là, les seuls trucs d'homme que j'aie jamais compris
Des vis à desserrer, des écrous à envelopper
Des tuyaux, des vidanges
Des hourras silencieux et des agacements
Il y en eut des outils à manipuler pour comprendre l'ordre des choses
Des fonctions, des mécanismes
Des pompes, des fosses sceptiques
Des joints
Des boîtes à fusibles hantées
Des machines à laver à l'agonie
Des télécommandes tombées dans la démence
De la matière à commander
De la matière à domestiquer à coup d'entendement
La panne, l'effondrement soudain


A travers la boule de cristal insondable du célibat
Résoudre les énigmes aurait pu me rendre plus futée
Quelques-uns de mes neurones sont irrémédiablement soudés
A la sensualité des chantiers 
Sans un Darling sagace à mes côtés 
 J'aurais pu me sentir souveraine
Suant sang et eau sous mon bleu
Ma fierté s'est fait visser par des cruciformes sans pitié
L'évier du Dimanche déborde et je rampe
Têtue jusqu'à l'épuisement
Faire, défaire, refaire, redéfaire, rerefaire
Gouttes, encore
La plomberie n'a pas encore rallié la foi de ma boîte à outils.




Juin 2015